En direct de la conférence

Share this Page

video
Une chanson pour souhaiter la bienvenue aux déléguées

Écoutez les syndicats hôtes en action, qui ont donné le coup d’envoi à la cérémonie d’ouverture avec une chanson hindi…

27 January 2014
update
Pas de syndicats forts sans les femmes

« C’est ici à Delhi en 1998 que l’ITF a approuvé une structure formelle pour les femmes au sein de l’ITF, reconnue dans ses statuts. C’est ici que les membres de l’ITF ont dit ‘maintenant ça suffit !’ et reconnu que les femmes étaient bien présentes dans le secteur des transports mais qu’elles n’étaient pas représentées au sein de l’ITF et qu’il était temps que cela change. » Déclaration d’ouverture de la Présidente du comité des travailleuses des transports de l’ITF, Diana Holland.

Mahendra Sharma, région Asie/Pacifique de l’ITF : « C’est un grand honneur que d’accueillir la première conférence des femmes qui se déroule en dehors du Royaume-Uni. Travailler dans le secteur des transports, ce n’est pas facile pour les femmes, ce ne sont pas toujours des milieux de travail très accueillants pour elles. Vous pouvez être victime de harcèlement, d’intimidations et de sexisme de la part des passagers, mais aussi de la part de vos propres collègues de travail. Protéger votre dignité n’est pas une tâche facile. »

« Nos services publics » est l’un des quatre thèmes majeurs de la Conférence des femmes 2014, avec la tenue de débats et discussions. Consultez la section Élaborer une stratégie pour l'avenir de notre site internet et exprimez-vous.

L’intervenante principale, Indira Jaising, première procureure générale adjointe d’Inde, a évoqué la violence à l’égard des femmes et le problème du harcèlement sexuel sur le lieu de travail. « Le viol et les autres formes de harcèlement sexuel sont utilisés comme forme de punition, nous avons vu cela dans les affaires très médiatisées qui sont passées devant les tribunaux. Punition pour vouloir organiser, défendre vos droits, être vous-même, exercer votre droits à la vie, à la liberté et au travail. »

Une toute nouvelle ressource a été créée pour aider les syndicats à éduquer les membres sur la violence à l’égard des femmes. Consultez et téléchargez le Guide sur la violence à l’égard des femmes.

La militante indienne des droits des femmes Albeena Shakil s’est exprimée sur le besoin de davantage de femmes dans le secteur des transports. Elle a fait référence au viol brutal d’une jeune femme à Delhi en décembre 2012, qui avait provoqué des protestations dans les rues en Inde.

« Après ce drame les femmes ont commencé à se faire employer comme conductrices de bus. Les femmes ont un plus fort sentiment de sécurité avec plus de femmes travailleuses des transports. Il faut insister sur cela pour la sécurité et la sûreté des femmes, des femmes comme vous doivent être présentes dans le secteur déterminant des transports. »

27 January 2014
update
Les 4 dernières années

Nous ne voulons pas seulement entériner des bouts de papier ; nous voulons de l’action et nous voulons changer les choses. C’était le message d’Alison McGarry, Coordinatrice des travailleuses des transports.

Elle a décrit les grandes priorités des femmes de l’ITF au cours des quatre dernières années, l’une d’entre elles étant le leadership : « Nous avons soutenu et développé les compétences des dirigeantes, mais nous voulons passer à la vitesse supérieure. Nous avons d’excellentes dirigeantes et nous développons les compétences d’autres femmes mais comme nos camarades le savent bien, en réalité on a besoin des femmes dans l’ensemble du syndicat, avec des postes à responsabilité à tous les nivaux de la structure, du lieu de travail jusqu’au poste de secrétaire général. »

Pour en savoir plus sur le travail en cours pour promouvoir les dirigeantes dans les syndicats des transports de l’ITF, regardez ce film >>

27 January 2014
update
Les déléguées prennent la parole dans l’assistance

Les syndicats présentent le travail réalisé au cours des quatre dernières années, depuis le Congrès de Mexico. Quant aux prochaines étapes pour le travail des femmes, nous en saurons plus cet après-midi.

Wadha Daabis, du Syndicat général des travailleurs du transport aérien et du tourisme de Jordanie : « L’organisation est un élément fondamental de l’action syndicale, plus nous avons de femmes membres ainsi que d’hommes membres de nos syndicats, plus nous pouvons nous exprimer. » « Dans l’aviation, nous ferons campagne contre le système des pavillons de complaisance et pour les droits des femmes au Qatar. »

Refilwe, SATAWU : « Tout en continuant à renforcer le leadership des femmes, nous devrions nous efforcer de gagner les hommes à notre cause pour affronter les problèmes du patriarcat, de l’inégalité et de la violence sexiste. »

Collete Gibson, syndicat des conducteurs de train ASLEF, Royaume-Uni : « Les femmes considèrent encore que la profession de conducteur de train est un choix réservé aux hommes. Le travail posté que cela implique n’est pas compatible avec les autres responsabilités qu’ont les femmes dans leur vie et le processus de recrutement est plus adapté aux hommes. Nous avons expliqué cela aux employeurs et certains rétablissent maintenant l’équilibre et en 2012-2013, nous avons réussi à recruter 100 adhérentes de plus. »

Alina, FTTUB Bulgarie : « Nous avons élu un nouveau comité des jeunes et plus de la moitié d’entre eux sont des femmes, les questions concernant les femmes sont au cœur de nos discussions et font l’objet de vrais débats. »

Alicia Castro, Argentine : « Je ne suis guère surprise de voir que les jeunes sont les plus sensibles aux questions concernant les femmes. Vous retrouvez cela dans les structures de l’ITF. C’est une grande réalisation de ces 20 dernières années que de voir que les jeunes seront réellement impliqués dans nos structures, si les jeunes ne sont pas là, travaillant avec nous, alors le mouvement syndical n’a aucun avenir. »

Lucrecia Castro Feijoo, APA, Argentine : « Nous avons connu des succès dans l’organisation syndicale de centres d’appels, nous avons abordé le problème des heures de travail et du repos hebdomadaire, un seul jour par semaine, et nous avons obtenu une réduction des heures de travail. Maintenant nous devons être comme le phœnix qui renaît de ses cendres, sensibiliser aux nouvelles tâches qui nous attendent et aux nouveaux défis. »

27 January 2014
update
La riposte des femmes du mouvement syndical international

Des intervenantes sur la question de la mondialisation et la crise économique, dont Alicia Castro, membre du Comité exécutif de l’ITF, et Chidi King, du Département Égalité de la CSI, se sont adressées aux déléguées.

Chidi a déclaré : « L’un des effets de cette crise, c’est le nivellement par le bas des conditions de travail pour les emplois précaires. Les femmes sont particulièrement affectées par ce phénomène, mais les hommes le sont également de plus en plus. Nous devons unir nos forces pour lutter contre cela. »

Nermin Sharif du Syndicat libyen des travailleurs portuaires, qui assiste à la conférence, a commenté : « Nous avons fait grève pour protester contre les projets de privatisation de notre port. Les femmes ont participé et nous nous sommes débarrassés de l’investisseur étranger. Suite à cela, la plupart des hommes ont compris que nous avions de l’importance, nous avons gagné leur confiance grâce à nos actes et désormais des femmes, comme moi, ont été élues à des postes dans le syndicat. »

Thouraya Krichen, du Syndicat général de la marine marchande et des ports de Tunisie, a parlé de l’attitude antisyndicale de la direction. Pour plus d’informations sur le conflit et en savoir plus sur les activités entreprises en soutien aux travailleurs portuaires tunisiens, cliquez ici.

27 January 2014